Rencontre avec … Jean-Bernard.

Rencontre avec … Jean-Bernard

www.jean-bernard-heronneau-reseaudesprofs

.

 

 

KL : Jean-Bernard, tu viens d’intégrer le réseau et je te souhaite la bienvenue au nom de nous tous. Peux-tu te présenter afin que nous fassions mieux connaissance avec toi ?

JBH : J'ai vingt-sept ans et je suis ingénieur en calcul et modélisation des procédés chez SGN-Areva depuis 2009. Je réalise principalement des études thermiques et de mécanique des fluides pour vérifier la sûreté, ou dimensionner des équipements ou des bâtiments nucléaires dans le cycle du combustible (mine, enrichissement, retraitement, entreposage, stockage).

Côté cursus, après un bac scientifique, j'ai obtenu un DEUG en Sciences de la matière, puis une licence de physique fondamentale à Caen. J'ai ensuite intégré l'Université de Technologie de Compiègne, dans laquelle j'ai réalisé un diplôme d'ingénieur en génie des procédés. Lors de ma dernière année d'études, j'ai également suivi un double diplôme en Angleterre, à l'Université de Cranfield. Cette année m'a permis d'obtenir un MSc Process System Engineering option Energy Systems and Thermal processes.

 

KL : Depuis quand donnes-tu des cours particuliers ?

JBH : J'ai commencé à donner des cours après mon bac, auprès d’amis qui avaient des difficultés en math, en physique ou en chimie et qui redoublaient leur terminale S. J'ai ensuite élargi mon action avec les enfants de connaissances de mes parents, puis en laissant des annonces dans les commerces. J'ai fonctionné comme cela jusqu'à ma licence de physique. Je me suis ensuite inscrit dans un organisme de soutien scolaire, jusqu'à ce que je parte en Angleterre.

Après mon retour d’Angleterre, je n'ai pas enseigné jusqu’en 2008. Mais l'envie m'a repris dans le courant de l'année 2011. Et c'est comme cela que je suis entré en contact avec le réseau.

 

KL : Je comprends que tu exerces l’activité de professeur particulier à temps partiel. Combien de temps y consacres-tu ?

JBH : J'effectue effectivement l'activité de professeur particulier à temps partiel. Je consacre en moyenne de six à huit heures de mon temps à cette activité. C'est pour moi une occasion de continuer une activité que j'apprécie tout particulièrement, tout en exerçant ma profession, dans laquelle je m'épanouis pleinement.

L'enseignement est très gratifiant dans la mesure où nous pouvons quantifier très rapidement l'efficacité de nos méthodes et la compréhension des outils que nous cherchons à transmettre. D'autre part, les étudiants sont à un âge plein de doutes sur soi-même, mais aussi sur le futur. Outre l'enseignement, les heures de cours sont des moments privilégiés pour échanger, partager avec eux, mais aussi peut-être pour les (re)motiver, leur donner des perspectives et des lignes pour leur avenir.

 

KL : Tu sembles avoir atteint actuellement un certain équilibre entre travail en entreprise et cours particuliers …

JBH : L'équilibre est finalement assez simple à atteindre : six à huit heures par semaine sont assez faciles à trouver. J'ai aussi la chance de pouvoir gérer mon emploi du temps professionnel. Je peux donc, en décalant ma journée, partir plus tôt les jours d'enseignement. Je rentre donc chez moi vers 21 ou 22 heures les soirs de cours, comme quelqu'un qui pratiquerait une activité quelconque (sport, théâtre, etc.).

L'enseignement est de toute façon un investissement personnel, ce qui signifie que l'enseignant doit s'impliquer, mais aussi pouvoir bénéficier d'un retour positif de ce temps d'échange et de transmission.

Mon activité professionnelle m'apporte beaucoup de choses, l'enseignement aussi. Et je n'utilise pas les mêmes compétences ou qualités dans l'une ou l'autre. Je n'apprends pas non plus les mêmes choses. Bref, c'est une expérience complémentaire très enrichissante, et c'est mon carburant !

 

KL : Que t’apporte le réseau ?

JBH : Tout d’abord, le réseau m’a permis de trouver rapidement des élèves, à des tarifs supérieurs de 100 % par rapport aux offres classiques de soutien scolaire.

C’est aussi un moyen d'appartenir à une communauté d'enseignants dont les valeurs et les objectifs sont partagés. C'est aussi un moyen beaucoup plus certain de faire perdurer cette activité dans l'excellence. D'autres structures existent, mais elles ne délivrent pas (pour la plupart) la même qualité d'enseignement, ne serait-ce que par la sélection des enseignants, mais aussi par le suivi des enseignants et de leurs prestations. Dans le réseau, on est noté, suivi et on a un devoir de performance vis-à-vis de la famille et de l'étudiant, même si cette performance ne peut pas être jugée par le seul résultat scolaire, mais aussi par une appréciation donnée par la famille attestant l'implication de l'enseignant.

Par ailleurs, mon sentiment est que dans le réseau, tout le monde est écouté, et que la réussite tient d'un compromis faisant cohabiter les attentes de chacun (il est important que les enseignants communiquent avec l'étudiant et les parents pour évaluer le niveau scolaire et les évolutions de l'étudiant).

Le réseau fait aussi preuve d'un certain pragmatisme face à ce qu'il est possible de faire dans le temps imparti : un étudiant qui est à un mois du bac et en échec scolaire depuis la seconde, voire plus, aura sans doute des difficultés à décrocher une mention ... Si une grande partie du retard est rattrapée, le bilan sera alors déjà une réussite.

En bref, le réseau est un moyen d'être plus visible, plus polyvalent, plus motivé, plus réaliste mais aussi plus encadré et plus professionnel.

Écrire commentaire

Commentaires : 0

Recherchez directement votre enseignant grâce au moteur de recherche interne:

Vous recherchez un enseignant?

Veuillez cliquer sur ce lien ou nous contacter au 0680319332

Aide aux Profs et le Réseau des Profs sont partenaires.

 

 

 

 

Comment cumuler votre activité d'enseignant titulaire en devenant professeur dans notre réseau ?

 

Consultez notre expert

Restons en contact