Un réseau de professeurs particuliers : pourquoi ?

Quand un enseignant décide de consacrer la totalité ou l’essentiel de son activité professionnelle aux cours particuliers, dès la décision prise se pose la question du « comment ». Dans quel cadre travailler, en effet, dans quelles conditions inscrire cette activité faite de contact humain et paradoxalement exercée, pour l’essentiel, en solitaire ?

Trois pistes s’ouvrent, auxquelles le professeur particulier réfléchit immanquablement avant de choisir une orientation.

Quand un enseignant décide de consacrer la totalité ou l’essentiel de son activité professionnelle aux cours particuliers, dès la décision prise se pose la question du « comment ». Dans quel cadre travailler, en effet, dans quelles conditions inscrire cette activité faite de contact humain et paradoxalement exercée, pour l’essentiel, en solitaire ?

Trois pistes s’ouvrent, auxquelles le professeur particulier réfléchit immanquablement avant de choisir une orientation.

 

La première, qui semble la plus évidente, consiste à s’inscrire dans l’un des nombreux organismes de cours à domicile dont les publicités fleurissent sur internet, dans les journaux ou les rames de métro. Rares sont ceux d’entre nous qui ne sont pas passés par cette étape, parce qu’il faut bien trouver des élèves pour se « lancer », ou parce que la communication intelligente de ces entreprises leur donne une image de sérieux et de professionnalisme.

L’avantage immédiat est que, oui, ces organismes mettent bien en relation familles et enseignants. Les inconvénients, le professeur particulier les découvre très vite : ils vont d’une gestion hasardeuse de l’offre et de la demande à une rémunération réduite à sa plus simple expression. Spécialisée dans les matières littéraires, je me suis vu proposer des élèves ayant demandé des cours de mathématiques – à quoi j’ai répondu que la famille risquait d’avoir de mauvaises surprises. Le « conseiller » a tout de même insisté : « Même au niveau 3ème, vous ne pourriez pas ? ». Inutile d’être voyant pour comprendre que ces sociétés répondent favorablement à toutes les demandes des familles avant de chercher, une fois le contrat signé, une personne (professeur ou non, qualifiée ou pas) susceptible de se rendre ensuite au domicile de l’élève …

En matière de rémunération, un de mes confrères parlait « d’esclavage moderne ». Et il faut bien admettre que la mini rétribution offerte, si elle peut faire le bonheur d’un étudiant en quête d’argent de poche, ne saurait en aucun assurer un revenu décent à un professeur particulier. D’autres confrères ont été choqués par le fait que dans de telles conditions, ces sociétés n’hésitaient pas à proposer des cours à quarante kilomètres ou plus du domicile du professeur : ils ont demandé s’ils pouvaient espérer une participation aux frais kilométriques, ce qui a clos le débat.

Le plus souvent, les familles n’imaginent pas que les sommes qu’elles déboursent (frais de mise en relation – illégaux, d’ailleurs -, paiement des cours) ne profitent que dans une si faible proportion au professeur qui vient aider leur enfant. Elles s’étonnent, par contre, que les coupons servant à la rémunération n’arrivent à leur domicile, la plupart du temps, que plusieurs semaines après le début des cours : « On a payé depuis longtemps, je ne comprends pas … On nous a relancés pour qu’on paye très vite, on a dû faire une carte bleue … ». Il arrive aussi qu’elles se plaignent : « J’espère que vous pourrez vraiment aider Laurent, il a de grosses difficultés dans cette matière et le petit jeune homme qu’on a eu avant vous … ».

Bref, le professeur particulier comprend vite que s’il veut vivre de son métier, il va lui falloir trouver une autre alternative que les organismes de cours à domicile. Je fais une exception, bien sûr, pour les professeurs particuliers rentiers ou heureux gagnants d’un tirage Euromillion, qui n’exercent cette profession que pour l’amour de l’art. Exception toute hypothétique, puisque je n’en ai encore rencontré aucun !

Enfin, dans ce cadre, le professeur particulier reste seul, car ces organismes ne proposent pas, ou très rarement, de réunions permettant d’échanger entre professionnels et de faire retour sur sa pratique.

 

Seconde solution, donc : travailler seul. Le professeur particulier, déterminé à persévérer dans une activité qu’il a choisie, qui correspond la plupart du temps à une passion, décide de supprimer les intermédiaires. Cette fois, d’autres écueils l’attendent.

Comment se faire connaître, tout d’abord ? Les petites annonces montrent rapidement leurs limites et la constitution d’une clientèle peut s’avérer très longue. Les parents d’élèves, souvent perplexes devant l’offre pléthorique des organismes mentionnés plus haut, ou échaudés par de mauvaises expériences, ne savent parfois plus à quel saint se vouer et peuvent à l’occasion se montrer méfiants – et comment leur donner tort ?

Ensuite, comment répondre à certaines demandes? Il arrive que des parents recherchent un professeur dans une matière que leur professeur particulier n’enseigne pas, ou qu’ils aient des questions précises – par exemple en termes d’orientation – auxquelles le professeur n’a pas toujours de réponse immédiate.

De plus, comment faire retour sur sa pratique, dans une profession où les collègues, par essence, ne sont pas regroupés au sein d’une même institution ? Comment échanger, partager l’expérience, se transmettre des informations ?

Enfin, comment aller de l’avant, proposer des solutions innovantes et adaptées aux besoins des élèves et de leurs parents ?

 

La troisième alternative, celle du réseau de professeurs particuliers, apporte des réponses concrètes et fiables à toutes ces questions.

Le réseau désigne ici un ensemble de professionnels qui emploient ensemble une variété d'outils afin de faciliter la gestion de leur carrière professionnelle et qui échangent par des liens à la fois forts et faibles. Des liens forts, parce qu’au sein d’un réseau se nouent des relations de travail soutenues et fréquentes. Des liens faibles entre ceux qui ne sont que de simples connaissances, mais que l’appartenance commune rend susceptibles toutefois d’être sollicités en cas de besoin.

Adieu, donc, la solitude du professeur particulier : grâce au réseau, le professeur de physique peut recommander à des parents le professeur de français qu’ils recherchent, sachant que ce membre du réseau partage le même niveau de compétence et la même philosophie du métier. Un professeur peut s’adresser à ses collègues travaillant dans la même matière s’il recherche un ouvrage non réédité. Les rencontres entre membres partageant des liens forts permettent aussi d’aborder ensemble des questions de pédagogie ou de didactique, échanges dont chacun sort enrichi. Le travail en réseau permet également de réfléchir à des projets tels que l’organisation de stages, ou à l’inscription administrative et juridique de l’activité.

Dans une dynamique d’échange et de partage, chaque professeur particulier amène ainsi sa pierre à l’édifice, jusque dans les fonctions d’animation du réseau lui-même.

Adieu aussi les intermédiaires : si l’un d’entre nous recommande un professeur à une famille qui en fait la demande, il n’est pas question de « frais de mise en relation », de « frais de dossier », de « commission », de « pourcentage » et autres pratiques de ce genre. L’élève et ses parents en sortent gagnants, bien sûr, ainsi que l’enseignant qui percevra un salaire décent au regard de ses compétences et de son niveau de d’études.

Par ailleurs, un réseau de professeurs particuliers étant ancré dans une dynamique locale, l’anonymat et la déshumanisation qui guettent les grosses organisations ne sont pas à craindre.

 

Un réseau de professeurs particuliers offre donc à des professionnels la possibilité d’exercer leur métier dans les meilleures conditions, en évitant à ses membres les deux écueils que constituent la marchandisation de l’enseignement et l’isolement.

La foi en l'intelligence collective, la mutualisation des ressources et la mise en œuvre de pratiques communes constituent ainsi pour les professeurs particuliers une situation optimale, gage de prestations de qualité pour les familles qui leur font confiance.

 

Karin Lafont, professeur particulier membre du réseau

Écrire commentaire

Commentaires : 8
  • #1

    reseau-professeursparticuliers (mardi, 20 mars 2012 07:29)

    Excellent Karin. Je trouve que cet article synthétise très bien la raison et l'objectif du réseau des professeurs particuliers.

  • #2

    Morel Gregory (mercredi, 21 mars 2012 08:41)

    Quelle maîtrise du language.
    Tout est dit!

  • #3

    Flo (mercredi, 21 mars 2012 12:47)

    Cours première s, bac français, transmis au réseau le 18/03/2012

    Cours prépa culture générale transmis au réseau le 18/03/2012

  • #4

    Flo (mercredi, 21 mars 2012 13:57)

    Karin,

    J'ai appelé la famille de la hauteville pour le cours d'anglais. Je ne sais pas si il s'agit d'une 4ème ou d'une seconde.
    J'ai laissé un message sur son répondeur tout à l'heure. Je te tiens au courant.

    A plus

  • #5

    Flo (mercredi, 21 mars 2012 16:42)

    Au fait. Greg m'a fait part d'un bon retour de ta prestation avec C-E de lundi soir.

  • #6

    Karin (mercredi, 21 mars 2012 20:08)

    C-E me semble très sérieux et motivé, le premier cours (19 mars) s'est en effet très bien déroulé. Je lui ai laissé du travail perso pour lundi prochain. je suis ravie que le retour soit bon de son côté aussi.
    Premier cours de français avec DMD samedi (j'ai envoyé par email une petite documentation pour qu'il puisse avancer un peu).

  • #7

    Magatte (mardi, 29 mai 2012 23:25)

    Je vis à Bordeaux. comptez-vous élargir le réseau. Je suis professeur contractuel.

  • #8

    Animateur Réseau (mercredi, 30 mai 2012 00:02)

    Bonsoir,

    Pourriez-vous nous laisser un numéro de téléphone ou une adresse mail afin que l'on puisse vous recontacter? Vous donnez des cours particuliers? Vous êtes professeur particulier également?

    Cordialement,

    Florian Campuzan

Recherchez directement votre enseignant grâce au moteur de recherche interne:

Vous recherchez un enseignant?

Veuillez cliquer sur ce lien ou nous contacter au 0680319332

Aide aux Profs et le Réseau des Profs sont partenaires.

 

 

 

 

Comment cumuler votre activité d'enseignant titulaire en devenant professeur dans notre réseau ?

 

Consultez notre expert

Restons en contact